[Avis] When I Deam – Repos Production – Jeu de Société

When I Dream fait partie de ce nouveau type de jeu, moins « jeu », et beaucoup plus évasion ou onirique.

 

WHEN I DREAM

 

  • Fiche jouabilité

Recommandation : 90% pour les amateurs du genre. Les joueurs de Dixit ou Mysterium devraient y trouver facilement leur compte.
Hasard : 10% – Il y a du hasard dans les mots sur lesquels on tombe, certains vont paraître plus simple que d’autre, et aussi sur la pioche des rôles (si on a toujours le même) mais globalement, ce n’est absolument pas un jeu de hasard.
Rejouabilité : 80%– Une bonne rejouabilité, sauf si vous y jouez beaucoup avec les mêmes joueurs. Les cartes vont finir par retomber, et vous reproduirez des schémas déjà mis en place. Mais hormis ça, tout est prévu pour avoir le temps d’y jouer de nombreuses fois
Interaction : 100% – Je pense que tout a été dit. C’est la quintessence du jeu d’ambiance.
Complexité : 30 % – Pour les plus jeunes, ça peut-être l’explication des règles.
Stratégie : 30 % – Il y a très peu de calcul, même aucun si on joue avec les points, seulement une réflexion. La réflexion, elle se situerait sans doute vers -65%. Il faut quand même avoir du vocabulaire, et être capable de réfléchir vite.
Immersion : -80% – Un matériel léché, si les joueurs se plongent dedans et s’imprègnent des images, jouent sérieusement, on s’y croit facilement
Qualité du matériel : 90% – Un thermoformage d’excellente qualité, une boîte de jeu un poil grande mais des illustrations splendides

  • Fiche jeu

Type : Compétitif/Ambiance
Nombre de joueurs : De 4 à 10
Durée : Entre 30 et 60 minutes, en fonction du nombre de joueurs
A partir de : 8 ans
Extension(s) disponible(s) : Aucune
Support : Plateau et cartes
Mécanique(s) de base : Deviner des mots imposés en fonction des rôles des joueurs
Thème(s) : Imagination, Rêve

 

  • But du jeu / Aperçu des règles

Dans When I Dream, un joueur « Rêve ». Ce dernier place donc sur ses yeux un bandeau qui lui empêche de voir les cartes avec lesquels les autres vont jouer. A chaque nouvelle carte les autres joueurs vont énoncer chacun leur tour un unique mot sensé aider (ou pas) le Rêveur à trouver le mot indiqué sur la carte. Quand le Rêveur pensera avoir trouvé le mot inscrit sur la carte grâce aux autres, il énonce son idée (son mot donc) à haute voix. Les autres joueurs ne lui disent pas s’il s’est trompé ou pas. Les autres joueurs mettent la carte de côté, et recommencent à faire deviner, une nouvelle carte, un nouveau mot, et ce jusqu’à ce que les deux minutes soient écoulées. Une fois les deux minutes écoulées, le Rêveur doit raconter son rêve. Il doit inventer une histoire en utilisant chaque mot qu’il a précédemment énoncé. Une fois qu’il  a terminé, les joueurs comptent les points. Puis un nouveau joueur devient Rêveur, et ce jusqu’à ce que tous les joueurs aient été rêveurs une fois.

L’intérêt du jeu se situe dans les rôles. A chaque nouveau Rêveur, on distribue aux autres joueurs des rôles. Les Fées doivent aider le Rêveur à trouver le mot de la carte. Les Croque-Mitaines doivent empêcher le Rêveur de trouver le mot de la carte, et les Marchands de Sable doivent faire en sorte qu’à la fin des deux minutes, le Rêveur ait trouvé autant de bons mots que de mauvais mots. Le Rêveur, qui ne sait pas qui a quel rôle doit donc déterminer quels joueurs essaient de l’aider et quels sont ceux qui vont dire des bêtises pour le mettre sur une mauvaise piste.

A la fin du tour du Rêveur, après que celui-ci a raconté son rêve, les Fées et le Rêveur gagnent des points pour chaque mot que le Rêveur a correctement identifié, les Croque-Mitaines gagnent des points pour chaque mot erroné que le Rêveur a énoncé. Les Marchands de Sable gagnent des points en fonction de la différence entre mots justes ou erronés. Enfin, si le Rêveur a réussi à replacer tous ses mots dans son rêve, il gagne des points en plus. Celui qui a le plus de points une fois que tous les joueurs ont rêvé une fois a gagné la partie.

  • Avis 

When I Dream est un pur jeu d’ambiance. Les joueurs stratégiques, amoureux du calcul ou du hasard peuvent passer leur chemin. When I Dream est un jeu pour s’amuser avec ses proches, découvrir comment chacun perçoit tel ou tel élément du quotidien. Pour rire des incongruités de son voisin.

Dans When I Dream, que l’on soit le Rêveur ou pas : on s’amuse. Quand on est le Rêveur, on doit s’attacher à découvrir lesquels de nos proches ne veulent pas notre bien. En même temps, quand on vous a énoncé oreiller, dormir, couette, matelas, mais que tout d’un coup votre ami ou votre père vous balance pastèque, vous voyez vite venir le méchant Croque-Mitaine qui veut vous empêcher de deviner et dire « lit »…. Dans cet exemple, on voit bien que le Croque-Mitaine a manqué de subtilité, il se fait trop vite remarquer, le Rêveur ne va donc sans doute plus le prendre en compte pour déterminer son mot. Mais peut être qu’en fait il bluffe ?… Tout l’intérêt du jeu est donc dans la subtilité lorsqu’on doit deviner ou faire deviner un mot. Qui prendre en compte ? Quel mot donner pour ne pas se faire remarquer en tant que Croque-Mitaine mais pour quand même aiguiller le Rêveur sur une fausse piste ?

Si vous êtes Rêveur, et que vous entendez : Ecrire, Ordinateur, Capuchon, Touche, Encre. C’est sans aucun doute plus dur. Le plus simple paraît de dire stylo, mais c’est peut-être aussi clavier. Les Croque-Mitaines ont été bien plus subtils….

Le jeu permet en plus de jouer sur les affinités que vous avez avec votre famille, vos amis, sur les liens et les souvenirs que vous avez ensemble, sur les petites choses que vous avez en commun. Vous trouverez parfois très vite un mot parce que votre comparse de toujours vous a donné le truc qui rappelle votre moment commun. Bref c’est un jeu dans lequel on rigole beaucoup. Vous pouvez parfaitement y jouer sans les points, et juste rigoler avec les autres des situations et mots loufoques énoncés par tous les joueurs.

Enfin, le jeu est servi par 20 illustrateurs qui ont chacun donné leur touche à ce jeu. Chaque carte comporte 4 mots, deux sur le recto, deux sur le verso. Les deux mots de chaque versant sont illustrés en s’entremêlant au centre, de façon très originale et graphique. Il y a en tout 110 cartes, soit 440 mots différents en tout. Vous avez largement le temps de les faire tourner. Le paquet de cartes est placé au centre d’un lit en plastique. Bien que cela ne change rien au jeu, ça aide à l’immersion. C’est un excellent matériel.

When I Dream fait partie de ce nouveau type de jeu, moins « jeu », et beaucoup plus évasion ou onirique. L’aspect compétitif, et surtout l’aspect « gagner » a beaucoup moins d’importance. Dans ce type de jeu, on en revient à la base : s’amuser ensemble.

 

Fiche technique

Titre Original : When I Dream
Date de 1ère sortie : 2017
Auteur : Chris Darsaklis
Illustrateur : Un panel de nombreux illustrateurs
Editeur : Repos Production

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *