[Avis] Schotten Totten – Iello – Jeu de Société

Schotten Totten est un jeu qui plaît grâce à sa simplicité, son aspect tactique et surtout son incroyable talent à donner envie de rejouer.

Schotten Totten

Fiche jouabilitE

Recommandation : 95% – Un des sommets des jeux à deux. Rapide, simple, joli, tactique, stratégique, et quelle envie de revanche. Peut-être, avec Seven Wonders Duel, le meilleur jeu à deux joueurs.

Hasard : 80% –  Le seul point faible de Schotten Totten. Il y a une grande part d’aléatoire, et elle est pour certains, plus souvent frustrante qu’autre chose. Quand vous êtes à une carte de remporter la troisième borne adjacente, voir qu’elle vient d’être piochée par votre adversaire peut être assez rageant.

Rejouabilité : 90 %– Une bonne rejouabilité juste avec le côté très rapide du jeu qui appelle une revanche. Ici, nous ne nous servons même pas de la mini extension tactique tant le jeu de base se suffit à lui même. Et avec déjà plus de 60 parties…

Interaction : 75% – Il y a à la fois une part d’interaction induite par le jeu d’affrontement où vous essayez de prendre le meilleur sur votre adversaire, et à la fois peu (sans l’extension incluse) puisque vous ne pouvez influer ni sur la pioche, ni sur ce que fait votre adversaire.

Complexité : 35 % – Absolument pas complexe. Il s’explique en 2mn, en plus il est fourni avec sa petite carte récapitulant les combinaisons. Rapide à mettre en place et facile à jouer. Tout bon.

Stratégie : 90 % – On enlève quelques pourcents à cause du hasard qui peut pourrir un plan bien huilé. Mais dans Schotten Totten, une fois que vous avez calculé la part du hasard, tout n’est que réflexion fluide et intuitive, avec des prises de risques super intéressantes. Nerveux, rapide, tactique.

Immersion : 10 % – Des illustrations sympathiques qui aident à retranscrire le thème, mais après, avec des martiens, ça aurait été la même chose.

Qualité du matériel (jeu) : 90% – Ca fait le taff. Tout simplement parce que le jeu ne demande que très peu de matériel, et ce très peu est très bien fait. Boîte petite parfaitement adaptée, facile à transporter. Illustrations décalées très sympas. Oui, ça fait le taff.

   –  12,50€ chez Philibert

Fiche jeu

Type : Compétitif / Cartes / Combinaisons
Nombre de joueurs : 2
Durée : 15mn
A partir de : 10 ans
Extension(s) disponible(s) : Aucune hormis celle fournie dans le jeu
Support : 54 cartes, neuf bornes en carton et 10 cartes de mini extension.
Mécanique(s) de base : Revendiquer des bornes en formant des combinaisons issues du poker
Thème(s) : Ecossais / Kilt / Frontière

But du jeu / Aperçu des règles

Schotten Totten représente une frontière entre deux clans rivaux. Vous devez faire en sorte que votre clan revendique le plus de bornes afin de gagner ! Ce jeu se joue avec un paquet de 54 cartes, divisé en 6 familles (bleu, marron, jaune, rouge, vert et violet), et dans chaque famille, 9 cartes numérotées de 1 à 9. On se retrouve donc avec 54 cartes uniques. Sur la table neuf bornes sont placées entre les joueurs. Le premier à remporter cinq bornes OU trois bornes adjacentes gagne la partie. Chaque joueur commence la partie avec six cartes.

Le premier joueur place une carte de sa main sur une borne devant lui, puis pioche une carte pour ramener sa main à six cartes. La seule restriction est qu’on ne peut pas placer plus de 3 cartes sur chaque côté de la borne. Mais après on met celle que l’on veut. Le second joueur fait de même après lui et ce jusqu’à la fin de la partie comme énoncée plus haut. Pas bien compliqué hein ? Alors où se situe l’intérêt ?

Pour remporter une borne, il faut avoir sur cette borne une meilleure combinaison que celle de l’adversaire. Les combinaisons sont basées sur celles du poker ; de la plus basse à la plus haute :

  • Somme des valeurs des 3 cartes
  • Suite de 3 cartes numériques de couleurs différentes (2/3/4 par exemple)
  • Suite de 3 cartes de même couleur, qu’importe leurs valeurs (trois cartes rouges par exemple)
  • Brelan : trois cartes de même valeur (3 cartes de valeur 9 par exemple)
  • Suite de 3 cartes numériques de même couleur (2/3/4 rouges par exemple)

En cas d’égalité sur une combinaison, on départage en faisant la somme des valeurs. Si l’égalité persiste, c’est le premier joueur à avoir posé sa troisième carte qui l’emporte.Et pour cela, et c’est très important, il n’est pas nécessaire que l’adversaire est terminé sa combinaison tant que vous prouvez que votre combinaison (terminée elle bien sûr) battra forcément l’autre.

Imaginons que votre adversaire a sur sa borne un 9 jaune et 8 jaune. Plus qu’un 7 jaune, et il obtient la meilleure combinaison (suite de même couleur). Vous, vous réussissez à terminer un brelan de 2 (trois cartes de valeur deux) sur cette même borne. Au tour suivant, sur une autre borne, vous placez le 7 jaune. Mathématiquement, votre adversaire ne peut donc plus réussir sa suite de même couleur, étant donné qu’il n’y a qu’un seul 7 jaune dans le jeu. Il peut encore faire une suite simple, avec des couleurs différentes, mais cette combinaison sera moins forte que votre brelan. Vous remportez donc forcément cette borne. Une fois une borne remportée, l’adversaire ne peut plus jouer de cartes dessus.

Avis 

Reiner Knizia est un auteur de jeux très prolifique. Mais avec Schotten Totten, on est dans du très bon. Schotten Totten est un jeu qui plaît grâce à sa simplicité, son aspect tactique et surtout son incroyable talent à donner envie de rejouer. Je me demande si j’ai déjà joué ce jeu sans me faire offrir ou offrir une revanche. Une partie en appelle toujours au moins une autre. Et ça c’est grâce à la combinaison de tous les facteurs suivants

Tout d’abord une simplicité de matériel, de mise en place et d’explication avec un temps de jeu court aide beaucoup apprécier le jeu. On ajoute à ça ses illustrations rigolotes et on comprend pourquoi il est si facilement rejouable.

Ajoutez à ça une mécanique toute simple : pioche – pose. On prend des risques pour réussir ses combinaisons issues du poker. C’est là que se met en place tout le sel du jeu : cette réflexion extrêmement bien dosée : quelle carte jouer, et où ?

Imaginons que j’ai en main un 3 et un 4 rouges, ainsi qu’un 3 jaune. Est-ce qu’il vaut mieux partir sur un brelan de 3 ? Ou tenter la suite à la couleur ? Quitte à se rabattre plus sur une simple couleur ? Vous êtes toujours obligé de jouer ! Et donc de prendre un risque, voire de faire un sacrifice. Alors oui, il y a beaucoup de hasard dans Schotten Totten, ce qui peut en faire pour certains son principal défaut, alors qu’en fait il faut le tourner en qualité : l’adaptation. Vous devez systématiquement vous adapter à la sortie des cartes, et rebondir sur vos plans. C’est ça Schotten Totten, et ça marche à fond.

   –  12,50€ chez Philibert

Fiche technique

Année: 2016
Auteur : Reiner Knizia
Illustrateur : Djib
Editeur : Iello

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *