[Avis] Kingdomino – Blue Orange – Jeu de Société

Kingdomino a raflé de nombreux prix, dont le très estimé Spiel des Jahres, dont nous avons déjà parlé ici. C’est la première fois que Bruno Cathala remporte ce prix. Pour un auteur aussi prolifique, c’est comme recevoir un César d’honneur pour l’ensemble de sa carrière !

KINGDOMINO

Fiche jouabilitE

Recommandation : 95% – J’ai donné à ce jeu des notes qui me paraissent honnêtes, et du coup plutôt objectives. Cela dit de façon, subjective, c’est un jeu que j’adore. Sa simplicité, sa qualité graphique et son côté tactique m’ont totalement conquis dès la première partie, et je saute toujours sur l’occasion d’enchaîner deux ou trois parties ! Un essentiel à toute ludothèque qui se respecte.

Hasard : 85% –  Il y a une bonne part de hasard dans Kingdomino, vous pouvez obtenir tour après tour des dominos qui s’intègrent bien, comme attendre désespérément les cases avec des couronnes pour votre immense forêt. Quand vous jouez à moins de 4 joueurs sur des carrés de 5/5, vous ne jouez pas tous les dominos. Donc forcément cela rajoute encore de l’imprévisibilité. Néanmoins, ce hasard ne m’a jamais déplu, il est clairement du côté familial/rejouable.

Rejouabilité : 85%– Un jeu bien rejouable, au vu de toutes les situations possibles et des stratégies différentes que vous pouvez mettre en place. L’extension Queendomino peut être un excellent ajout pour encore plus de rejouabilité, et permettant de jouer à 4 joueurs sur des carrés de 7/7 cases.

Interaction : 85% – Une très bonne interaction au vu des coups bas que vous pouvez infliger à vos adversaires en vous querellant pour dominos essentiels ! Le jeu est marrant, on regarde le royaume développé par les autres en imaginant les possibilités restantes.

Complexité : 80 % – Des règles simples, bien expliquées et illustrées. Un jeu qui ne mérite pas 80% de complexité, mais cette note vient de sa capacité à être jouable en mode très stratégique, ce qui rend la gestion des dominos restants beaucoup plus complexe.

Stratégie : 85 % – Même chose que la complexité. La stratégie dépend du niveau de jeu de votre partie et du type de joueurs autour de la table. Donc j’ai mis une stratégie assez élevée, mais elle peut être moindre.

Immersion : 70% – Des images et des termes qui correspondent au thème mais sans plus. Votre royaume peut être joli à la fin, mais hormis le château et le meeple, le thème pourrait être tout autre que ça ne changerait pas grand-chose.

Qualité du matériel : 90% – Enfin une boîte adaptée à la taille du jeu. Petite mais bien foutue. Les dominos sont solides et agréables à manipuler. Les illustrations sont rafraîchissantes, elles ont un côté enfantin mais quand même artistique bien pensé.

Fiche jeu

Type : Compétitif/Stratégique
Nombre de joueurs : De 2 à 4
Durée : 45 minutes
A partir de : 8 ans
Extension(s) disponible(s) : Une qui n’en est pas forcément une : Queendomino et Age of Giants
Support : Des petits châteaux, un ou deux meeples et une flopée de dominos
Mécanique(s) de base : Construire un royaume en assemblant intelligemment des Dominos représentant des parcelles.
Thème(s) : Construction – Médiéval – Familial

But du jeu / Aperçu des règles

Dans Kingdomino, chaque joueur doit créer le plus beau royaume.

Le jeu fonctionne sur le principe des dominos. Un domino est composé de deux « cases » qui représentent un type de parcelle (Plaine, Champs, Forêt, Marais, Mer ou Mine). Un domino peut avoir deux cases du même type comme deux différentes.  Sur certaines cases se trouvent aussi des petites couronnes. Ces couronnes représentent l’attrait de la case en question. Il y a 48 dominos, tous numérotés de 1 à 48. Plus le numéro du domino est élevé, plus le domino est puissant, donc plus il offre de Couronnes et/ou  de cases rares.

Pour commencer, chaque joueur dispose d’une case Château de sa couleur. Cette case est importante car, elle est considérée comme joker. Vous pouvez y accoler n’importe quel type de case. Il dispose aussi d’un meeple Roi, qui lui sert à désigner quel domino il va acquérir le tour prochain. Pour le premier tour, les joueurs vont juste placer leur Meeple Roi sur le domino de leur choix, en commençant par un joueur aléatoire.

Au début de chaque tour, on révèle quatre dominos aléatoirement que l’on place en colonne. La colonne est formée grâce aux numéros des dominos, du plus faible numéro en haut de colonne au plus élevé numéro en bas de colonne.

Puis, chaque joueur, dans l’ordre des dominos (donc en commençant par le joueur qui avait son Meeple Roi sur le Domino en tête de colonne) va prendre le domino qu’il avait réservé, et va le placer dans son royaume en respectant une règle simple. Chaque domino doit être accolé avec un autre domino partageant au moins une case en commun, et ces cases communes doivent se toucher pour former un ensemble de cases connectées du même type. Cela s’appelle un domaine. Une fois qu’un joueur a placé son domino, il prend son Meeple Roi et le place sur un des Dominos restants. C’est celui qu’il obtiendra au prochain tour.

Dans le jeu de base, chaque joueur doit faire tenir ses dominos dans un carré de 5 cases sur 5 cases, incluant la case « Château » de départ. Le but du jeu est de créer des domaines les plus rentables possibles. Pour calculer les points, on multiplie le nombre de cases dans chaque domaine par le nombre de couronnes dans chaque domaine.

Avis 

Kingdomino a raflé de nombreux prix, dont le très estimé Spiel des Jahres, dont nous avons déjà parlé ici. C’est la première fois que Bruno Cathala remporte ce prix. Pour un auteur aussi prolifique, c’est comme recevoir un César d’honneur pour l’ensemble de sa carrière !

Kingdomino m’a été présenté la première fois entre deux gros jeux plutôt velus, complexes. Le slogan était « Tu verras, c’est simple à piger, et ça se joue vite ». Et c’est tout à fait vrai. Kingdomino présente aussi un autre avantage non négligeable : il peut se révéler extrêmement tactique. C’est cette grande versatilité qui lui confère sa force : il est vendu comme jeu familial et il l’est, c’est certain. Mais il possède une richesse stratégique assez folle, couplée à une tactique et une rejouabilité assez étonnante !

Le système de base du jeu est extrêmement bien pensé, avec cette pose de dominos, qui doit être réfléchie afin d’optimiser au maximum le rendement case/étoiles dans chaque domaine. C’est notamment le système qui impose de placer son domino tout en voyant les dominos disponibles pour le tour d’après qui est très bien foutu. Car il oblige à systématiquement adapter son plan si nécessaire. Vous prenez votre joli domino marais/mer, et vous vous rendez compte que vos adversaires ne vous ont laissé que des dominos de plaine… Là il faut que vous ayez anticipé que ça puisse arriver et avoir gardé des coins de votre royaume pouvant accueillir les plaines.

Bien souvent, les tuiles avec la valeur la plus basse, sont moins rentables, ou a minima moins attirantes que les tuiles à haute valeur. Alors que ce soit parce que vos adversaires ne vous aient laissés à prendre des tuiles de bas niveau, ou parce qu’au contraire ces tuiles vous plaisent, ou encore parce que vous voulez pouvoir être le premier à choisir votre domino au tour suivant, mais vous pouvez vous retrouver avec ces tuiles à faible valeur. Mais le bon côté, c’est que vous serez le premier à choisir au prochain tour ! Vous pourrez ainsi diriger le tour à votre guise… Dans Kingdomino, chaque choix a un avantage et un revers, c’est sa qualité.

Vous pouvez du coup aisément jouer tranquillement, en essayant de rebondir sur les dominos qui vous sont présentés à tous les tours. Vous adapter à ce qui se fait, en essayant toujours d’obtenir le plus de couronnes sur des domaines de plus en plus grands… Mais vous pouvez aussi jouer de façon ultra stratégique. La règle du jeu vous donne le descriptif de tous les dominos du jeu. Vous pouvez donc compter le nombre d’étoiles déjà sorties, envisager quel domino va sortir pour bâtir un plan de longue haleine.

Personnellement, nous jouons toujours avec les règles optionnelles accordant des points de victoire bonus si vous avez réussi à faire un domaine parfait, c’est-à-dire à placer tous les dominos, et si votre Château se situe exactement au milieu de votre royaume. Cela donne des stratégies différentes mais équilibrées car communes à tous les joueurs.

Enfin, je finirai par dire que c’est la configuration deux joueurs que je préfère, car elle permet de jouer sur un carré de 7 cases sur 7 cases, c’est-à-dire en utilisant tous les dominos du jeu (dans la version classique, vous n’utilisez pas tous les dominos sauf à 4 joueurs sur les carrés de 5 sur 5) et en utilisant deux meeples Rois. La stratégie est très présente, le hasard diminue, bref c’est parfait !

 

 

Fiche technique

Titre Original : Kingdomino
Date de 1ère sortie : 2016
Auteur : Bruno Cathala
Illustrateur : Cyril Bouquet
Editeur : Blue Orange

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *