Enigma Escape

Le temple perdu

Des serpents, il fallait que ce soit des serpents...

Enigma Escape à Toulouse, c’est un peu le The Game parisien : des salles réputées et souvent à la hauteur de leur réputation, une qualité constante. On va voir ça. On y va un samedi, jour de grâce pour les enseignes, qui remplissent souvent bien les créneaux. Ici, ils le sont tous. Par souci de rentabilité, Enigma Escape a passé ses créneaux à 1h30 par session, on va voir ce que ça donne. Après avoir attendu une dizaine de minutes, le maitre du jeu nous fait un court brief : on doit aller choper un objet légendaire dans un temple du Yucatan (oui, oui, ça existe vraiment comme endroit). Les autres équipes d’archéologues n’ont pas réussi à le trouver, probablement parce qu’ils sont nuls, et ont laissé les traces de leurs recherches. Les premiers instants dans la salle sont très bons : une fois passée la porte, l’immersion est excellente. Du sol au plafond, les décors sont très réalistes et ne souffrent pas de l’effet “toc” parfois constaté. On note vraiment un souci du détail dans la qualité de la déco et des objets choisis. Visuellement, c’est réussi. On commence à fouiller cette pièce, qui compte finalement assez peu d’éléments dissimulés, et on s’attaque aux énigmes, nombreuses et pas toujours simples. Evidemment avec un thème comme celui-ci, elles sont toutes dans le thème temple maya, fin du monde ou conneries dans le genre. Au début, quelques traces de feuilles plastifiées malgré tout; mais sinon des énigmes plutôt visuelles, avec des symboles à déchiffrer. La suite de la salle n’est pas en reste : le décor se révèle constant, pas de faux pas. Les manipulations deviennent de plus en plus importantes dans le jeu, jusqu’à occuper une part considérable des actions. La fin est une apothéose manuelle, visuelle et sensorielle.

Bilan

Enigma Escape est bien à la hauteur de sa réputation : une salle magnifique visuellement, des énigmes travaillées et variées, et un grand nombre de manipulations, qui sont franchement réussies. La salle gagne en intensité au fur et à mesure du jeu, dans la qualité de ses énigmes, ses manips et ses décors. Le meilleur se trouve donc à la fin, encore faut-il y arriver… Les énigmes sont d’une bonne difficulté et surtout, elles sont nombreuses. Rajoutons à ça des manipulations sous forme de casse-tête, qui font toujours “perdre” du temps, et votre sortie n’est pas assurée. Et ce fut notre cas, tellement à la bourre que nous avons eu à peine le temps de découvrir la fin du jeu. Et nous avons pu mesurer l’impact d’un créneau de réservation plus court : le maitre du jeu arrive instantanément et commence à ranger. Il a bien voulu nous montrer la fin, de façon accélérée. Bref, un peu dommage quand on a loupé la meilleure partie.

add112
– Un décor très poussé, dans les moindres détails
– Des effets visuels, sonores et sensitifs réussis
– Une salle qui gagne en intensité au fur et à mesure de l’avancée dans le jeu

minus75
– Un créneau plus court le week-end qu’on ressent si on est loin de la fin

L'escapeomètre

  • Décor / immersion 100%
  • Fouille 20%
  • Énigmes 80%
  • Manipulation 100%
Enigma Escape, Avenue de la Gloire, Toulouse, France
Y aller