Enigmatic

Les chevaliers de la table ronde

Oubliez ce que je viens de dire. Le Graal, c'est de la merde.

Pour les fins connaisseurs, vous aurez reconnu une phrase de Kaamelott. Ceux qui n’ont pas compris, pas de souci, mais on vous regarde de haut. 1 an après avoir triomphé du très bon mystères de Barbe Noire, on est de retour chez Enigmatic.

En preux chevaliers que nous sommes, on nous envoie chercher le Graal, le seul moyen de sauver Guenièvre, qui avait vraiment un prénom affreux, même pour l’époque. Nous arrêtons donc immédiatement de courir la gueuse pour aller sauver notre reine.

Le début de la partie se fera bien évidemment autour de la mythique table ronde des chevaliers. Le décor est soigné, et ce n’est pas forcément facile de retranscrire l’an 500. Même si, dès le début, on note quelques fashion faux-pas : la présence évitable de fils électriques, et des éléments de décor/énigmes un peu cheap.

C’est annoncé sur le site, la salle est complexe et ne nécessite pas de fouille. Je vous confirme, ils n’ont pas menti : pas de fouille et une énigme très complexe en guise d’introduction, voire cryptique. En dehors d’une logique discutable, la présence au milieu des chevaliers d’Arthur pose question. 15 minutes et quelques indices après, on peut continuer. Car oui, la première énigme est seule et conditionne la suite de l’aventure.

On découvre par la suite un décor toujours aussi fidèle, malgré plusieurs éléments dégradés. Le plus gros d’entre eux, qui sera notre plus grosse déception : se trouvait un mécanisme qui faisait tout simplement descendre le plafond de la salle ! Génial en théorie, mais on n’y a pas eu le droit. On nous expliquera que les réflexes quelque peu brutaux des joueurs ont eu, à plusieurs reprises, raison de ce mécanisme qui a été modifié depuis.

Niveau énigmes, la salle se révèle fidèle à ses débuts : peu d’énigmes, mais de très grosses énigmes. Il faut aimer, mais cela nuit à la fluidité globale de la salle.

Bilan

De grandes attentes et il faut l’avouer, pas mal de déceptions. Si, dans l’idée, la salle avait tout pour séduire, la réalité est différente.
Le décor est clairement à la hauteur, mais la présence répétitive d’éléments techniques nuit à la l’immersion. De plus, la promesse d’un plafond qui descend nous plaisait, l’absence nous déplait.

Côté énigmes, on reste également sur notre faim. La salle est articulée en 4 grandes énigmes, linéaires. Elles se montrent toutes assez fastidieuses et pourraient décourager certains groupes. Elles demandent beaucoup de temps et d’analyse chacune, et leur linéarité oblige le groupe entier à plancher dessus.

add112
– Un thème chouette et bien adapté dans les décors
– Des surprises dans l’espace de jeu

rounded58
– La présence d’éléments techniques ou détériorés

minus75
– Trop peu d’énigmes courtes, trop de grosses énigmes fastidieuses
– Un plafond qui devait descendre mais finalement, non.

L'escapeomètre

  • Décor / immersion 80%
  • Fouille 0%
  • Énigmes 30%
  • Manipulation 30%
11 rue de la Part Dieu 69003 LYON
Y aller