Arcanium

La chasse aux sorcières

Mais pas les soeurs Halliwell

Partir jusque Dijon pour faire un escape game, c’est être un vrai aventurier, un peu Indiana Jones, mais vraiment un peu. La ressemblance entre lui et moi s’arrête d’ailleurs au physique. Située dans la belle ville de Dijon, nous venons jouer à 3 avec le futur doyen de l’enseigne : soixante-dix neuf ans, que j’écris en lettres pour accentuer. Mais à l’échelle de l’humanité, c’est finalement plutôt jeune (je rajoute ça, au cas où la personne concernée me lirait).

Bref, nous voilà chez Arcanium, qui va devoir faire avec. En périphérie du centre ville, l’enseigne propose deux missions, dont une chasse aux sorcières, que l’on va tenter. On va être envoyés en 1692 pour débusquer une sorcière, dont ils n’étaient pas franchement friands à l’époque. On a une heure pour trouver des preuves.
Les preuves de l’époque? Des signes cabalistiques ou être roux. Autant dire que je n’aurais pas écrit cet article s’ils m’avaient vu. Pour arriver au 17ème siècle, le game master vous fait passer dans le vortex “maison” dont il a le secret, qu’il réalise à merveille. Ouvrez grand vos oreilles.

Les premiers coups d’oeil dans la salle donnent le ton : un très joli décor, des belles couleurs et du mobilier de choix. Pour coller au thème, on y retrouve des têtes d’animaux accrochées, immersion garantie. Par la suite, nous avons été également surpris par la qualité de l’environnement, créé par des pros. À part le chrono et quelques éléments électriques, pas d’éléments qui viennent perturber l’immersion à cette époque et surtout, beaucoup d’éléments qui la renforcent, des murs au sol. Une petite fouille pour se mettre en jambe, rien de bien méchant ici, à part une petite cachette. Les énigmes sont en quantité assez grandes et ce, dès le début.

Leur difficulté est globalement accessible, et le nombre fait leur force. Plusieurs énigmes se réalisent d’ailleurs à plusieurs, d’autres peuvent être faites seul, pendant que les autres vaquent à leurs occupations. A noter une belle énigme qui fait intervenir l’organe de Cyrano, sans nul besoin d’être né(z) parfumeur. Les mauvais jeux de mots, c’est pour me mettre à votre niveau.

Bilan

Dire que c’était une très bonne surprise laisserait entendre qu’on n’avait pas d’attente. C’est assurément une expérience de grande qualité.

Un escape game dijonnais au moins digne de leur moutarde (oui, vous deviez vous étonner qu’on ne l’aie toujours pas citée). Les décors sont très travaillés et variés au sein même de la salle. Si on ne peut pas tout toucher, on ne peut qu’apprécier les moyens déployés pour votre immersion. Les énigmes, et leur résolution, se révèlent tout aussi variées, allant des basiques aux plus recherchées, sans atteindre le complexe.

Arcanium signe ici un très bon compromis entre le triptyque fouille-manipulations-énigmes. Équilibré. Résultat? On est sortis ! On n’était pas en avance, néanmoins.

add112
– Un époque ambitieuse, le 17ème siècle, adapté en escape game : pari réussi.
– Une salle très équilibrée dans ses moyens de résolution.

L'escapeomètre

  • Décor / immersion 90%
  • Fouille 60%
  • Énigmes 80%
  • Manipulation 80%
52 avenue de Stalingrad, Dijon
Y aller